Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Tigre de Feu
  • Tigre de Feu
  • : Mon Univers : littérature, sciences et histoire se côtoient avec une pointe d'humour et de musique dans une chaude ambiance de feu agrémentée de photos, de dessins, de nouvelles et de citations.
  • Contact

Rechercher

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 09:40

Aujourd'hui nous sommes le 14 juillet, fête nationale française qui commémore la prise de la Bastille lors de la Révolution Française.

 

http://www.mescoloriages.com/blog/wp-content/uploads/2008/05/drapeau-france11751033241.gif

 

 

La Révolution Française naît d'une crise financière due aux fortes dépenses de Louis XIV notamment des emprunts de la part des Anglais afin de conquérir l'Amérique (qui n'ont jamais été remboursés). Il faut également compter ses dépenses personnelles : le Château de Versailles, les fêtes qui y étaient données, et les robes de sa majesté la reine Marie-Antoinnette, qui, il faut le dire, était très dépensière. 

Pour régler les dettes de son aïeul, Louis XVI réunit ses états généraux (tiers-état, clergé, noblesse). Il ouvre la réunion par un discours annonçant qu'il veut lever un nouvel impôt.

Le tiers-état (qui paie des impôts) se révolte et refuse de voter (car il faut savoir que le vote fonctionnait par catégories sociales et non par chaque votant, autrement dit, si la noblesse et le clergé avaient voté oui à la majorité et que le tiers état avait voté non à la majorité, le oui l'emportait car il avait deux voix contre une).

Alors, le 17 juin le tiers-état se proclame assemblée nationale. Ils sont rejoints par le clergé le 19. Mais le 20, ils trouvent les portes fermées. Alors ils ne se découragent pas et cherchent une autre salle pour se réunir. Ils trouvent la salla du jeu de paume, ça ira très bien, se disent-ils. C'est dans cette salle que fut prêté le serment du Jeu de Paume. Ils prêtent le serment de ne pas se séparer tant qu'une constitution n'aura pas été donnée à la France. La Révolution était engagée.

 

Voilà donc comment et pourquoi a commencé la Révolution Française.

 

Maintenant, passons à la prise de la Bastille en elle-même. La prise de la Bastille a une valeur essentiellement symbolique mais n'est pas très importante d'un point de vue historique. En effet, la Bastille représentait l'autorité du roi.

 

Le matin du 14 juillet 1789, les émeutiers parisiens partent chercher des armes. Dans une atmosphère révolutionnaire, ils pillent l'arsenal de l’Hôtel des Invalides où ils trouvent des armes et des canons mais pas de poudre. Ils arrivent ensuite aux portes de la prison royale de la Bastille pour chercher de la poudre et y retrouvent d'autres émeutiers massés devant la forteresse du Faubourg Saint-Antoine depuis le matin. En juillet 1789, il n'y avait dans la prison que sept prisonniers dont quatre faussaires, ainsi que deux fous dangereux et un « délinquant sexuel » enfermés à la demande de leur famille (ce dernier, vraisemblablement le célèbre marquis de Sade, bien qu'il fût transféré le 2 juillet 1789 à Charenton). La Bastille représentait aux yeux de tous l'arbitraire royal. En attendant d'être démolie, elle était gardée par quatre-vingts invalides et trente-cinq suisses. Une nombreuse troupe marche sur la Bastille : le gouverneur, le marquis Bernard-René Jordan de Launay, veut résister mais, à la demande de médiateurs venus de l'Hôtel de Ville où siège un comité permanent, organe de l'insurrection bourgeoise, il rédige à la hâte un papier par lequel il accepte la reddition de la forteresse en échange de la promesse qu'il ne sera fait aucun mal à la garnison. Il laisse la foule pénétrer dans la première cour. Puis il se serait ravisé et aurait fait tirer à la mitraille : il y a des morts. Des gardes françaises mutinées amènent alors des canons pris aux Invalides : le gouverneur cède et abaisse les ponts-levis. Il est cinq heures de l'après-midi. Les Vainqueurs de la Bastille se dirigent alors vers l'Hôtel de Ville avec leurs prisonniers. En chemin, de Launay est roué de coups, massacré à coups de sabre, décapité au couteau par l'aide-cuisinier Desnot et sa tête mise au bout d'une pique. Arrivés à l’Hôtel de Ville, les émeutiers accusent le prévôt des marchands (fonction comparable à celle de maire) Jacques de Flesselles de trahison. Il est lui aussi assassiné, puis sa tête est promenée au bout d’une pique, avec celle de de Launay.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4e/Prise_de_la_Bastille.jpg

 

Ce sera tout pour ce petit cours d'histoire. Bon feu d'artifice.

 

http://nsa08.casimages.com/img/2009/07/14/090714075236534128.gif


Partager cet article

Repost 0
Published by Tigre de Feu - dans Lumière sur...
commenter cet article

commentaires